Claudine Lebègue


A 16 ans, elle se met à l'accordéon comme on se met en route pour un grand voyage. Ce qu'elle veut c'est faire le tour du monde, c'est partir ; et comme il faut bien mettre le premier bout, elle commence par apprendre l'accordéon " par cœur ".
La musique, elle connaît déjà depuis l'âge de 5 ans… Piano, violon, contrebasse et grosse caisse municipale, mais l'accordéon c'est fait pour aller plus loin, c'est un pressentiment.
D'abord étudiante à l'Ecole Normale de Musique de Paris, puis professeur en conservatoire, elle succombe un jour à l'appel du métro, l'école de la vie.
Elle habite alors au bord de la Seine, le métro est à deux pas… Deux pas du départ… Deux doigts de la scène. En 1980, elle embarque donc sur la ligne n°12 du métro parisien. Elle y connaîtra ses premiers frissons, y trouvera sa première chanson et apprendra là pendant quatre années au quotidien, ce que " donner une chanson " veut dire.

sur le DVD n°1 autour d'Anne Sylvestre
et le DVD n°10 autour de Michèle Bernard


J'ai vu ce spectacle à l'automne 2009. Je suis resté scotché à ce qu'elle raconte.
Le fond et la forme, j'ai beaucoup aimé. Une galerie de portraits tous plus imagés les uns que les autres.
De l'humain, de l'humour, des grincements, de l'énergie. Que dire d'autre ?

Allez vous en rendre compte par vous même, spectacle """obligatoire""".
L'avis de michel Kemper

Le livre (plus CD) est à la hauteur du spectacle, touchant, rigolo, surprenant, bourré d'émotions. Au début, n'ayant pas trop le temps de lire j'ai juste picoré. Cela se présente un peu comme un galerie de tableaux, des portraits d'humains, des paysages, des aventures. Je me suis dit que j'allais chercher un extrait pour vous donner une idée et dès le premier texte il y avait matière. Le temps de réfléchir à comment présenter la chose, je lis au hasard un peu plus loin : une autre pépite !
En fait c'est un gisement: ce livre est exceptionnel, sa vision du monde et de la vie à travers sa cité, sa poésie, son humour grinçant (ou pas), c'est renversant. Il prend aux tripes et aux yeux : j'ai voulu en lire un extrait à un ami donc à haute voix et c'est parti en vrille tout de suite, les larmes dans la bouche, au fond de la gorge ! Et même des fois, sans lire à haute voix, idem...

Alors finalement la 4e de couv c'est un bon point de départ :

"Que tu sois d'Algérie, de Bretagne, ou de la petite ceinture, quand t'arrives dans une cage à lapins au milieu de rien, t'arrives dans une cage à lapins au milieu de rien.
Dans une ville sans passé, dans une ville sans à venir, t'as rien à préserver, t'as rien à cacher.
T'as pas de grenier, ni de meuble à cirer, ni de tombe à arroser, ni d'arbre à couper.
T'as que toi à planter."

Qu'elle parle de sa mère, de son père, de ses rencontres, de ce qu'elle a aimé faire petite... c'est terrible. Pas étonnant que ses chansons aient du caractère. (Eric Nadot)

Ce livre (avec CD) est disponible, demandez le sur le site
de Claudine Lebègue ou sur celui de son éditeur

 

Le site de Claudine Lebégue - myspace.com/claudinelebegue



Copyrights © 2003-2017 - Tranches de scènes - Tous droits réservés - Mise à jour 28 janvier 2012 - webmachiniste - Carte du site